Le château de la Barben, situé entre Salon de Provence et Aix en Provence, est l’un des plus beaux châteaux que possède la Région PACA. Le célèbre peintre aixois Marius Granet, qui y fit de nombreux séjours, écrit “La Barben est le plus pittoresque et le plus ancien château de Provence”.

L’emplacement de ce château, situé dans un environnement grandiose surplombant un oasis de verdure du aux eaux abondantes du Vallon de Maurel et de La Touloubre, serait selon certains auteurs l’ancienne Pisavis près de laquelle passait la voie Aurélienne.

Le “castrum de Barbento” est mentionné pour la première fois en 1064 dans un cartulaire de l’abbaye de Saint Victor de Marseille alors propriétaire des terres.

Château fort conçu pour la défense, il fut bâti sur d’énormes rochers qui le rendent imprenable. Ses tours, tourelles et terrasses suspendues, se marient avec la nature pour former une unité qui confère à ce site sa beauté et son mystère.

Dès la première poterne franchie, on découvre tous les éléments architecturaux des forteresses médiévales : tours de guet avec poulies de l’ancien pont-levis, créneaux et mâchicoulis, meurtrières, blason et devise des Seigneurs des lieux…

Par un escalier monumental on accède à la terrasse d’honneur où une vue splendide s’étend au delà de Salon de Provence et de l’étang de Berre. De cette terrasse on accède à la chapelle gothique. Au Sud, entre des tours médiévales, émerge un ravissant petit château de plaisance avec fenêtres et balcons en fer forgé d’Epoque Classique flanqué d’un superbe escalier à double révolution Henri IV. L’origine de la transformation des lieux est due à une importante révolte contre l’Edit des Elus émanant de Richelieu en 1630. C’est ainsi qu’une bande dite des «Cascavéous« marchant sur La Barben incendia la forêt et une partie du château fort. Le roi Louis XIII condamna les communautés d’Aix ayant participé à cette émeute à indemniser le Seigneur de La Barben. Gaspard de Forbin reçut 1.500.000 livres pour restaurer son château. La forteresse médiévale campée sur ses rochers profita alors pleinement du siècle des Lumières et devint un château où austérité et classicisme s’allient pour donner à ce bâtiment un charme et un pittoresque uniques.

En 1909, un important tremblement de terre secoua la région. La tour Ouest médiévale dite “Palaméde” fut détruite. Deux ans après, sur le même rocher, les propriétaires la firent reconstruire.